Pascal D.

Écrivain-biographe Narrovita en Provence-Alpes-Côte d'Azur 🇫🇷

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours écrit, et aimé cela. Des études écourtées pour cause de précarité m’ont poussé à apprendre la vie avant tout. Mon parcours est plus ou moins autodidactique, il m’a conduit dans différentes régions du monde où j’ai découvert bien des manières de vivre et de penser.

Très tôt, j’ai prêté ma plume. Écouter, pour comprendre ce qu’attend mon commanditaire, et personnaliser le document dont il a besoin : c’est là le cœur de mon métier.

Correspondances, privées ou professionnelles, discours et prises de parole, partie rédactionnelle de projets associatifs ou institutionnels, récits divers et accompagnement à l’écriture, etc., aujourd’hui encore sont le quotidien des prestations que je délivre aux personnes qui me sollicitent.

La captation de la mémoire humaine me passionne, c’est même mon domaine de prédilection : écouter un récit de vie pour le transcrire et l’enrichir est un bonheur sans cesse renouvelé.

Ce fut par exemple un voyage dans la vie d’un homme de 88 ans à l’époque, qui souhaitait laisser à ses quelques vingt arrière-petits-enfants le livre qu’il aurait voulu recevoir de ses propres grands-parents. Nous sommes partis d’Obernai, d’où il était originaire, pour transiter par Strasbourg puis par Bordeaux, où il fit ses études de médecine. Vint ensuite l’Afrique, et tout d’abord l’Algérie, pour le service militaire, puis la Haute-Volta, le Niger et à nouveau l’Algérie, avant de terminer ce parcours à Toulon.

Un autre voyage m’a entrainé derrière un Franco-Serbe de 95 ans, qui a passé les premières années de sa vie au palais royal de Belgrade où son grand-père maternel était chef de la garde. Après quelques péripéties pendant l’Occupation, ce monsieur émigrera au Venezuela, en 1945. Il croisera Henri Charrière, plus connu sous le pseudonyme de Papillon. Il s’en fera un ami, comme il le fit avec d’autres qui survivaient dans cet El Dorado. Originaire de Flayosc, dans le Var, il s’en rapprochera après une vie d’aventures pour finir cette dernière à Draguignan.

La liste est longue ; je choisis d’évoquer un dernier voyage, d’Alger à Draguignan, que fit une dame d’aujourd’hui 90 ans, avec sa famille, en 1962. Tout quitter, tout reconstruire, préserver les siens : une autre aventure, très émouvante, comme toute histoire quand la personne qui l’a vécue la raconte pour les siens.

Votre histoire est unique, écrivons-là ensemble !

Pascal D.
Vous êtes intéressé par le profil de Pascal D. ? Vous souhaitez en savoir plus ?