Pour le biographe, pas de vie sans histoire !

pas-de-vie-sans-histoire

Dans le langage courant, on dit d’une personne sans histoire qu’elle ne fait pas de vague, passe inaperçue,  ne dérange personne, ne manifeste pas son accord ou son désaccord.  Alors, comment une personne sans histoire pourrait-elle livrer le récit de sa vie et intéresser des lecteurs ?

Dans le cœur d’une histoire, un roman, un scénario, il y a toujours un personnage principal. Dans un récit de vie (ou biographie), le personnage principal est, selon moi, toujours un héros !

Au vu des personnes nombreuses que j’ai rencontrées dans ma carrière (acteurs de cinéma célèbres, explorateurs, scientifiques, navigateurs, peintres, etc.), j’ai observé deux sortes de héros de leur vie.

Les héros dont l’appellation conviendra au plus grand nombre sont les mascottes, égéries, leaders, célébrités sportives, politiques, artistiques, philosophiques, religieuses,  mentors, sauveteurs, dirigeants d’entreprise, d’ONG, d’associations humanitaires, etc. connus ou moins connus du grand public. Pour le commun des mortels, concernant ces personnes, une biographie est tout naturellement justifiée ; leurs vies étant perçues, à tort ou à raison, comme trépidantes, exceptionnelles, attisant la curiosité.

Parmi les héros, je compte ceux de la vie ordinaire, ceux que l’on ne voit pas. Ceux qui traversent leurs vies souvent sans que personne n’ait soupçonné les méandres compliqués de leurs chemins, les épreuves, les retournements, les rebonds, les déprimes, les maladies graves, les incidents de leurs vies et toutes les petites victoires sur eux-mêmes, qu’eux seuls sont en droit d’estimer. Ils sont les héros de leur vie avec bien des choses à raconter dans une biographie.

Et puis, il y a aussi les héros de la survie. Ceux qui subissent les guerres, les pandémies, les migrations,  ceux qui dorment dehors, ceux, qui faute de mieux, vont à la soupe populaire ou au Resto du Cœur, ceux qui se battent contre le cancer, ceux qui dépassent leurs addictions, leurs envies de suicide, les rescapés de la prostitution, de violences conjugales ou autres, ceux qui n’ont pas sombré après un harcèlement sexuel, du travail ou scolaire, etc. Pour eux, le récit de vie est une révélation, un témoignage précieux, une leçon de vie méritant hautement une biographie.

Il n’y a pas de vie sans histoire. Chaque humain, chaque être vivant sans exception est unique de par sa trajectoire, ses origines, sa sensibilité, sa culture, sa nature ; et à ce titre mérite d’être connu. Toute personne peut en inspirer d’autres, peut aider à ouvrir la connaissance ou la prise de conscience sur certains faits historiques ou de société.  Il n’y a pas d’histoire qui ne valent pas la peine qu’on s’y arrête en y consacrant un récit de vie, une biographie.

Michelle Demarigny 
Biographe à Bordeaux, fondatrice du site Ma vie o’ top ! 

La mission de Narrovita ? que les histoires familiales ne se perdent plus et se transmettent aux générations futures.

➡️En savoir plus

Nos contenus récents

Une biographie peut-elle être un cadeau ?

Une biographie peut-elle être un cadeau ?

Une biographie est une histoire vécue. Elle raconte, sur une vie entière ou sur une tranche de vie, des événements, des expériences, des émotions, des anecdotes, des rencontres. Tout ce qui fait une vie chargée et riche à transmettre. Offrir le roman d’une vie est un...

Écrire pour les autres : les 11 qualités essentielles

Écrire pour les autres : les 11 qualités essentielles

Que ce soit pour écrire les mémoires de grand-mère, ou dans le but d’en faire son métier, écrire pour les autres ne s’improvise pas. On laisse souvent penser qu’il suffit d’aimer écrire, et de savoir à peu près le faire, pour pouvoir se lancer dans l’écriture d’une...